Florian Grill, pilier du Château de l’Engarran
Article de C S Fol paru dans le Midi Libre

Folie d’amour, le Château de l’Engarran à Lavérune, est un bijou architectural de 1750. Edifié en l’honneur de Suzanne Loïs de Marigny, le domaine est un hymne au printemps, à la vie, à l’éternel recommencement. Ici, pour les yeux de sa belle, Jean Vassal a en effet uni l’esthétique, l’utile et l’inventif. du salon aux vignes, de la pelouse au tournebroche, l’Engarran est une maison à vivre. Mais avant d’entrer, voici les jardins. Et pour guide d’exception, Florian Grill, héritier direct et copropriétaire avec ses sœurs Diane (la directrice vigneronne) et Constance (la commerciale), son frère Christophe et ses parents… une famille qu’il compare aux « cinq doigts de la main ».

Au centre d’un écrin de verdure taillé à la française, trois terrasses, trois fontaines, un buffet d’eau. la balade est bucolique, l’équilibre parfait, les sculptures charmantes (fillette, jeune femme et dame font face aux garçon, éphèbe et homme mûr). Et le tout pratique car chaque bassin est alimenté des surplus du puisard qui recueille l’eau de la source, la mène à la maison et irrigue l’ancien verger et les vignes. « Tout est mécanique. A l’époque, c’était à la force d’un cheval et maintenant du moteur électrique. »
Du puits, un étroit canal va à l’orangerie, en ruines. « A entretenir, l’Engarran n’est pas une danseuse mais un corps de ballet » qui bénéficie par bonheur d’un terroir de qualité. Car cette folie est avant tout le cœur d’un domaine viticole rénové en 1970 par Francine Grill nommée « la tigresse » par ses pairs vignerons. Maîtresse femme, ex-hôtesse de l’air, Francine a du Bordelais dans le sang et du nez pour l’Engarran. en dix ans, elle redore son blason et en fait le fleuron des vins de l’Hérault au pays du Soleil Levant. « A cause des vendanges, elle n’a pas fait une rentrée des classes avec nous », dit Florian qui vivait petit à Paris et passait son temps libre au château… A donner un coup de main dans les vignes, au caveau, au jardin, à regarder sa mère tapisser le salon et coudre, à la main, les galons… Ou à dégager la cave et mettre à jour les pièces voûtées d’une métairie du XVIème siècle. Et comme les autres enfants Grill, et les dix petits-enfants, c’est à la chapelle de l’Engarran qu’il a donc été baptisé protestant, qu’il s’est ensuite marié et a fêté ses noces d’étain.

Et de puis ? l’ancien rugbyman, seconde ligne du PUC (Paris Université Club) et fervent défenseur du Muc, est devenu « un serial entrepreneur ». en semaine, il voyage de la capitale à Lyon et « le week-end, sans exception », avec femme et enfants, il vient en Hérault pour porter haut le flambeau du cartier replica domaine qui l’inspire.


© Château de l'Engarran 2003