Elle d�fend depuis vingt ans la production r�gionale
Montpellier Agglom�ration

La dame de l�Engarran vient de recevoir l�ordre du M�rite Agricole
Pour se prot�ger de l�urbanisation, il faut que le prix des terrains flambe... Une grande r�gion viticole n�a pas le droit de vendre une bouteille � deux euros... Chez les vignerons, la communication, c�est aussi le nerf de la guerre...
On le devine d�s les premiers instants de la rencontre. La dame a beaucoup de caract�re. Autant que les fa�ades n�oclassiques de son superbe domaine. Et que le contenu de ses dives bouteilles. Un caract�re bien tremp� dont la ma�tresse de l�Engarran joue sans complaisance pour vendre � travers le monde sa v�n�rable production. Tant�t dans les foires expos de la r�gion. Tant�t chez un restaurateur bourguignon de renom. Tant�t � des hommes d�affaires de Su�de ou du Japon.
replica rolex
Travaillant d�arrache-pied depuis vingt ans � d�fendre le fruit de ses terres, le quotidien de Diane Losfelt n�a pourtant pas toujours baign� dans le parfum bois� des vieux chais. N�e � Marseille (�videmment), cette fille de polytechnicien a d�abord pass� les premi�res ann�es de sa vie dans les ports militaires, avant de rejoindre Paris o� elle devient, brillamment, ing�nieur agronome. Bien avant la vigne, les tomates et le ma�s lui donnent, dans un laboratoire de l�INRA, � Versailles, une profonde connaissance de la botanique et de ses myst�res. Un savoir qu�elle met vite en pratique, lorsque, us�e par les lenteurs administratives de l�Institut, elle finit par d�missionner, en 1984, pour rejoindre ses parents � l�Engarran.
Une charmante propri�t� d�une soixantaine d�hectares, parfaitement expos�e sur les c�teaux de Montpellier, mais bien plus r�put�e, alors,replique montre de luxe
pour la beaut� de son jardin � la fran�aise que pour la subtilit� de ses vins. Un domaine que Diane et sa s�ur Constance vont pourtant transformer en un fleuron de la viticulture languedocienne, gr�ce notamment � un passage au Ch�teau-Laffite, chez les Rothschild. L�-bas j�ai tout appris, confie-t-elle. M�me � cracher.
Pour am�liorer la qualit� de ses vignes, Diane commence donc par les arracher. Puis par replanter. Un hectare, en moyenne tous les ans, estime la vigneronne dont la r�ussite intrigue vite les villages alentours. Les gens croyaient que l�on mangeait dans des plats en or. C��tait de l��tain, rapport� de Tha�lande ! . Toujours pleine de projets (route touristique...), cette m�re de trois enfants passe d�sormais sa vie � courir les salons pour commercialiser ses 3 000 hectos et faire la promotion des vins de Saint-Georges, qu�elle d�fend bec et ongle.
Malgr� un chiffre d�affaires record l�an dernier � On a fr�l� le million d�euros-, elle continue, sans agent, avec un simple ordinateur portable. Mon bureau, c�est le train , lance-t-elle avant de d�filer sans d�tour, quelques instants plus tard, les n�gociants bordelais, nos vrais concurrents .
Pour Diane, ma�tresse de l�Engarran, la chasse est toujours ouverte.

- une jeunesse dans les ports militaires
- sp�cialiste de la tomate et du ma�s
- elle apprend � cracher chez les Rothschild
- elle replante un hectare chaque ann�e

Pr�sidente des vins de Saint-Georges

Responsable technique du domaine de l�Engarran � Lav�rune, Diane Losfelt est, depuis plusieurs ann�es, la pr�sidente du cru Saint-Georges-d�Orques. Elle vient �galement d��tre nomm�e administrateur des c�teaux du Languedoc (c�est la premi�re femme) et administrateur des Gr�s de Montpellier. Des responsabilit�s qui lui ont valu, voici un mois, l�ordre du M�rite Agricole.

Date : 16 mai 2003




© Château de l'Engarran 2003