Compte-rendu de dégustation au club Astrium Oenologie - 26 Novembre 2009


Compte rendu de la soirée L'engarran

Comme chaque année, voici une séance consacrée à un vigneron, ou plus exactement cette saison à une vigneronne ! Passons rapidement sur la présentation du Château de l’Engarran, belle demeure historique avec son cortège d’Atlantes, de jardins à la française et de costumes d’époque, pour se consacrer à la dégustation. Le domaine présenté se situe au nord de Montpellier sur l’appellation « Coteaux du Languedoc ». On y trouve des vins blancs (5% de la production en 100% Sauvignon) et des vins rouges (Cabernet franc, Merlot, Syrah, Grenache, Mourvèdre et Carignan) produits en agriculture raisonnée.





La soirée débute avec la comparaison des 2 vins blancs du Domaine, issus du même cépage (le Sauvignon), du même terroir et pourtant fondamentalement différents. Le premier, Domaine de l’Engarran – Tradition 2008 (VDP d’Oc) est un blanc tout en fraîcheur, assez caractéristique d’un Sauvignon. Le nez est bien présent avec des arômes de fleurs blanches et d’agrumes. En bouche, après une attaque vive, on trouve une belle rondeur et les notes citronnées reviennent en finale. Idéal pour un apéritif, c’est un vin qui se boit facilement et l’accord avec les antipastis (tapenade, purée d’artichaut) se révèle très intéressant. Le deuxième vin a vu le jour suite à des retours de clients aimant à faire vieillir le Tradition ! Bravant les réticences familiales à passer le vin en barrique, notre propriétaire c’est en effet lancé dans un travail différent de son Blanc : élevage sur lies, batonnage, malolactique et surtout passage partiel en barrique pour aider le vin à passer le cap critique des 3 ans. Il en résulte la cuvée Adélys 2004 (VDP d’Oc), un vin à la robe dorée. Le nez est marqué par un boisé bien présent, des notes vanillées mais aussi des arômes de pétrole, de pomme cuite et d’encaustique. C’est un vin plus lourd, taillé pour le repas (plats à la crême, fromages persillés...) et au potentiel de garde plus important.




Petite parenthèse culturelle pour présenter les nouvelles appellations issues des cogitations de nos chers députés européens. Exit les AOC (Appellation d’Origine Contrôlée) et les VDP (Vins de Pays) et voici les AOP (Appellation d’Origine Protégée) et les IGP (Indication Géographique Protégée). Et cerise sur le gâteau, voici les VSIG (Vin Sans Indication Géographique) qui remplace le truculent Vin de Table !...




Revenons à la dégustation, avec les vins rouges du Domaine. On commence par le Domaine de l’Engarran 2007 (VDP d’Oc). Les cépages de ce vin (46% Cabernet franc, 24% Merlot, 17% Syrah, 13% Grenache) le font pencher plus du côté océanique (cépages Bordelais majoritaires) que de l’étang de Bouzigues ! On trouve au nez un côté vert (bourgeon de cassis) caractéristique du Cabernet ainsi que des arômes épicés (poivre de Sichuan) venant plus du terroir que de la présence de la Syrah (n’en déplaise au président !). En bouche le vin est relativement rond et la finale est très poivrée donnant une sensation de chaleur atténuée par les excellentes charcuteries de la soirée !...

On passe ensuite au Tradition 2007 en AOC Coteaux du Languedoc – Grès de Montpellier. On retrouve là les cépages locaux (Syrah majoritaire 65% complétée de 23% de Grenache, 7% de Carignan et 5% de Mourvèdre). Le nez est fin (mais timide car le vin est encore jeune), sur le fruit noir (mûre, cassis), le chocolat et les épices (poivre noir, laurier, garrigue). C’est un vin charmeur (l’Engarran donne « rend galant » à l’envers !) et tout en rondeur. A noter un bel accord avec le parmesan.


On passe ensuite au fleuron du Domaine (médaillé à nombreuses reprises) avec la cuvée Quetton Saint Georges 2006 en AOC Coteaux du Languedoc – Saint Georges d’Orques. Ce vin à base de Syrah (80%) complétée de Grenache est au premier abord très agréable. Le nez est complexe sur le fruit (cassis, cerise), le chocolat en poudre et les épices (poivre, cannelle). La bouche est équilibrée et la finale reste bien présente. C’est un vin qui peut être bu maintenant ou attendu 15 ans (évolution vers des arômes de pruneau).




On finit par un vin rouge issu de raisins sur mûris, le Caprice de l’Engarran. Ce vin, en 100% grenache, se rapproche de la gamme aromatique d’un Banyuls ou d’un Maury (cerise à l’eau de vie, notes florales de violette) bien qu’il ne soit pas élaboré selon les mêmes méthodes. On est ici presque sur une vendange tardive avec des raisins récoltés avec des tanins « mûrs » (le tanins étant mûr lorsque les pépins prennent un goût d’amande sèche !...). C’est un vin de dessert se mariant à merveille avec le chocolat ou aux dires de notre propriétaire avec un crumble aux fruits rouges.




Voilà pour cette dégustation. Nous remercions Diane Losfelt, vigneronne passionnée (et bavarde !) pour sa présentation, notre auditoire (toujours aussi nombreux) et nous vous donnons rendez-vous pour la dégustation de fin d’année. Une commande groupée des vins du Domaine de l’Engarran est en train de se monter pour ceux qui auront apprécié les vins de ce soir.




Accompagnements :


Charcuterie (soubressade), fromages (parmesan, bleu basque), antipastis (tapenade, artichaut) de l’Epicerie La badiane (Rue de la concorde – Toulouse)


Magrets séchés de chez Cuq (Marché des Carmes – Toulouse)


Chocolat de chez Castan (Place Saint Georges – Toulouse)


© Château de l'Engarran 2003